LINE-UP
blanckmassbrdcst.jpg

Blanck Mass (uk)

samedi 6 avril 22:30 - 00:00 AB CLUB

La moitié de Fuck Buttons adoubée par Mogwai, Sigur Rós & Slowdive

Blanck Mass, soit la moitié de Fuck Buttons, est l’alter ego de Benjamin John Power. Si ses albums oscillent entre noise, drone, ambient et électro expérimentale, il puise plus largement dans le hardcore pour son dernier 7’’ : « J’ai beaucoup joué dans des groupes punk et hardcore dans ma jeunesse, je ne suis donc pas en terrain inconnu. Mais il est possible, au regard des autres opus de Blanck Mass, que mon dernier 7’’ soit le plus insolent. »

Avec son album « World Eater », sorti en 2017, Blanck Mass nous offre une petite merveille, catapultée par Pitchfork dans la catégorie Best New Music, avec pour commentaire : « ‘World Eater’ convient parfaitement aux amateurs de noise désinvolte, dotés d’une certaine curiosité pour la musique extrême et d’un seuil de douleur respectable. »

Blanck Mass compte des fans dans les hautes sphères musicales, mais aussi sportives : outre un premier album produit par Mogwai et une tournée avec Jon Hopkins et Sigur Rós, son titre « Sundowner » a été utilisé lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de 2012.

Bref : des « sifflements, piaillements, gémissements, bourdonnements, frissonnements et tremblements » de haute volée.

The Art of Noise
En 1913, l’Italien Luigi Russolo rédigea son manifeste futuriste intitulé L’Arte dei Rumori (« L’Art des bruits », The Art Of Noise en anglais). Il y avança que la musique devait s’adapter à la nouvelle ère industrielle et refléter le bruit de la ville avec ses sifflements, piaillements, gémissements, bourdonnements, frissonnements et tremblements. Si Russolo ne nous avait pas quittés en 1947, il se serait aujourd’hui délecté sans vergogne de la musique noise (-rock) (claustrophobe) et de l’électro expérimentale incisive proposées à BRDCST par des artistes et formations comme Blanck Mass, Bliss Signal, Cocaine Piss, Black Midi et Ipek Gorgun.

 

VIDÉO