LINE-UP
blackmidibrdcst.jpg

Black Midi (uk)

samedi 6 avril 21:30 - 22:15 AB CLUB

« Disturbingly brilliant math-noise-rock » (Charlie Steen, chanteur de Shame)

Cela faisait longtemps qu’un combo non signé de l’underground londonien avait autant fait fureur. Et ce avec seulement un titre officiel, l’explosif « bmbmbm », à son actif. Mais surtout, sans campagne soigneusement organisée sur les réseaux sociaux, ni aucune hyperactivité orchestrée sur la Toile. Pour une fois, nous croyons NME lorsqu’ils écrivent : « Le meilleur groupe de Londres ? D’ici peu, il pourrait bien être le meilleur du pays. »

Ou citons encore le magazine néerlandais Oor à propos de leur étourdissant passage au festival Le Guess Who? : « Du post-punk d’un niveau mathématique, débordant d’éruptions de guitare dissonantes et d’impressionnantes variations rythmiques. Des tempos énigmatiques alternent avec des rixes de staccatos et des grattements de guitare dansants, suivis de passages ‘spoken word’ à la Slint. Un bazar éclectique, perturbant mais d’autant plus intéressant. »

Bref : des « sifflements, piaillements, gémissements, bourdonnements, frissonnements et tremblements » de haute volée.

The Art of Noise

En 1913, l’Italien Luigi Russolo rédigea son manifeste futuriste intitulé L’Arte dei Rumori (« L’Art des bruits », The Art Of Noise en anglais). Il y avança que la musique devait s’adapter à la nouvelle ère industrielle et refléter le bruit de la ville avec ses sifflements, piaillements, gémissements, bourdonnements, frissonnements et tremblements. Si Russolo ne nous avait pas quittés en 1947, il se serait aujourd’hui délecté sans vergogne de la musique noise (-rock) (claustrophobe) et de l’électro expérimentale incisive proposées à BRDCST par des artistes et formations comme Blanck Mass, Bliss Signal, Cocaine Piss, Black Midi et Ipek Gorgun.

 

VIDÉO